La confiance : Se faire confiance et avoir confiance

« La confiance ne se déclame pas.
Il faut l’apprendre. Tout doucement.
Il faut que quelqu’un d’autre vous l’apprenne.
A grands coups de demains et de câlins. »

Thomas Vinau, Ici ça va

Appréhender « l’abandon » dans un lien à l’autre, est-ce si simple que cela ?
Que faut-il enclencher comme ressort interne et personnel afin d’y parvenir ?

Qu’est-ce que la confiance ? Définition

La confiance renvoie à l’idée qu’on peut se fier à quelqu’un ou à quelque chose. Le verbe confier (du latin confidere : cum, « avec » et fidere « fier ») signifie, en effet, qu’on remet quelque chose de précieux à quelqu’un, en se fiant à lui et en s’abandonnant ainsi à sa bienveillance et à sa bonne foi.

Les « Bourses du Moi » ou la marchandisation de l’individu !

Nous évoluons dans un univers où le mode et la fonction de la relation humaine sont réécrits de par les possibilités innombrables de « contacts » « fabriqués » sur les murs des réseaux sociaux. Le lien humain est parfois un instrument de progression personnelle et devient plus un outil d’ascension narcissique et égocentrique qu’une porte ouverte à sa propre remise en question et donc à son évolution psychique et émotionnelle.
Il n’est pas rare d’estimer sa propre valeur en dénombrant les « j’aime » sur la toile en réponse à des envois de post d’épisodes de vie personnelle.
Ce qui pourrait différer entre ces rencontres sporadiques, éphémères et parfois illusoires et une véritable relation où le risque et les failles de chacun soient pris en compte, serait certainement une relation où la confiance aurait trouvée sa place.
Je ne parle pas là de la fiabilité d’une personne au regard d’une autre, je parle de cette émotion si particulière et cet abandon et lâcher prise dans le lien construit en conscience avec un autre être.

Source de sa confiance

Revenons à notre enfance et de la même façon observons le parent que nous sommes.
La confiance en soi est le terreau de la relation à l’autre.
Ce regard positif sur soi-même est un processus qui naît dans la parole et dans la concentration du parent et dans son acceptation de l’échec, de la différence, de l’inattendu que peut révéler son enfant.
Apprendre à dire à un enfant, « essaie, ne juge pas trop vite, apprends à reconnaître l’autre au-delà de son apparence ».
Exercer dans son enfance, sous l’attention bienveillante et instructive du parent, son propre périmètre de confiance et d’estime, est le début du chemin vers sa reconnaissance et son acceptation personnelle.
Tout est histoire de juste milieu, trop de confiance en soi est un échec dans ses relations aux autres par trop de certitudes et d’expressions de suffisances et pas assez de confiance en soi détermine une quête infini à la reconnaissance et aux regards approbateurs et validant d’autrui.

« Si vous avez confiance en vous-même, vous inspirerez confiance aux autres. »
Goethe

Apprentissage et construction de la confiance

Mais, me direz-vous, « si nos parents n’ont pas eu cette expression de confiance en l’enfant que nous étions, comment porter cette bienveillance pour soi ? »
Le travail ne pourra se faire qu’à partir de l’acceptation de vos failles et de vos qualités, de vos paradoxes et contradictions, des évolutions à opérer, des changements à construire. C’est-à-dire observer l’homme ou la femme que vous êtes dans une forme de vérité bienveillante.
Peut-être que parfois, un professionnel est la porte d’entrée vers cette belle découverte !

Afin d’atteindre cette confiance dans la relation à l’autre, il est important d’accepter l’humain en face de nous avec le même regard posé sur soi. C’est-à-dire ne pas se projeter sur une relation idéalisée, mais sur une relation où les failles, les échecs, les incompréhensions et les trahisons peuvent exister.
Sur ce cheminement vers l’abandon dans cette relation d’engagement, plus notre positionnement sera serein et juste avec nous-mêmes (nos possibles, nos attentes et nos besoins) et plus notre lien à cet ami de confiance sera ajusté et constructif donc bénéfique pour chacun.

Je vous donne rendez-vous au prochain numéro afin de vous proposer quelques outils indispensables à la confiance en soi !
Jusque-là soyez bienveillant avec vous-même et acceptez l’autre tel qu’il est… vous ne le changerez jamais alors que lui, quelle que soit sa personne, peut vous faire bouger !

Cet article est paru dans le magazine L’IMPACT en décembre 2017.